LE BARBEAU MERIDIONAL – A LA RECHERCHE DU PATRIMOINE DE NOS COURS D’EAU

Écrit par le dans

LE BARBEAU MERIDIONAL – A LA RECHERCHE DU PATRIMOINE DE NOS COURS D’EAU

Le barbeau méridional (Barbus meridionalis) est un poisson cyprinidé du genre Barbus. D’anciennes études sur la répartition de ces barbeaux nous ont montré que ses populations sont très rares et très limitées. Vestiges des périodes glaciaires, elles s’en tiennent simplement à quelques groupes épars uniquement présents dans les régions méditerranéennes de l’Europe.

D’après ces études, dans les Hautes-Alpes nous avions le privilège d’en héberger quelques colonies et notamment celles situées les plus en amont et en limite de leur aire de répartition. Sa rareté et sa très forte valeur patrimoniale a donc suscité l’intérêt de la Maison Régional de l’eau (George OLIVARI et Emmanuel ROURE), l’AMU – Aix Marseille Université pour la génétique (André GILLES) et la Fédération de pêche des Hautes-Alpes (David DOUCENDE).

Une campagne de prospection à la recherche des populations de barbeau méridional a donc été réalisée. Sachant que le barbeau méridional évolue dans des faciès de rivières lentiques, avec des fosses, des berges creusées, une ripisylve dense et dans une zonation piscicole située juste au-dessus de celle de son confrère bien plus présent, le barbeau fluviatile.

Après plusieurs tentatives dans différents cours d’eau, c’est finalement dans les torrents de la Blême et du Céans, affluents du Buëch, que les précieux barbeaux de souche méridionale, nécessaires à l’étude, ont été trouvés !

Toutes les tranches d’âges étaient représentées avec des tailles bien au-dessus de la moyenne pour les plus gros sujets capturés. Observés puis relâchés avec précautions dans leur milieu, ils ont fait l’objet de quelques prélèvements (fragments de nageoires).

 

Cet échantillonnage permet maintenant de lancer une étude sur la diversité génétique des peuplements. Celle-ci permettra de déterminer la ”pureté” des populations et d’évaluer le taux de croisements génétiques entre ce remarquable barbeau méridional et son proche ”cousin” plus commun le barbeau fluviatile. D’autres analyses établiront le lien entre l’environnement dans lequel il vit et les communautés bactériennes liées à son milieu.

 

Confirmer la présence du barbeau méridional dans nos cours d’eau apparaît comme une excellente nouvelle ; sur le plan de la biodiversité et de la conservation des espèces c’est effectivement une véritable richesse!

En plus de cet important intérêt patrimonial, ce petit poisson est également gage dans les Hautes-Alpes d’une bonne qualité environnementale.

« »